Méthode du commentaire de texte (1).

Trouver des idées :

Notre cerveau a deux hémisphères, le gauche celui de la logique, de l’ordre et de la hiérarchie / le droit celui de l’imagination, de l’inspiration, de l’art. Il conviendra dans tout devoir de les faire travailler l’un après l’autre car de concert, ils ont tendance à s’auto-bloquer.

Cette première leçon se focalisera plus sur le thème « trouver des idées » car avant de vouloir construire un devoir planifié avec intro/parties/conclusion, il convient d’abord de comprendre ce qu’on lit et d’avoir un certain nombre de pistes.

 

La lecture :

Il faut lire rigoureusement le ou les textes en numérotant les lignes (5 par 5), ceci nous permettra de bien resituer une citation pour la bien restituer 😀  quand on aura à le faire.

Par lecture rigoureuse j’entends analytique et annotée, c’est-à-dire que dès la première lecture, il  faut noter toutes les idées qui nous viennent intuitivement en vrac sur un brouillon (hémisphère droit)… sans les classer, ni s’occuper de la rédaction (hémisphère gauche), on aura tout le loisir de la faire plus tard.

Petite précision : il faut beaucoup de brouillons car on écrit que d’un seul côté, question pratique !  Apparemment il serait mieux d’écrire à l’horizontal sur le brouillon… j’ai essayé ce conseil de mon ami Bernard Fripiat et en effet j’ai l’impression que cela fonctionne mieux. Peut-être parce que nous arrivons à avoir une vision d’ensemble sans être obligés de balayer sa feuille de bas en haut ou de haut en bas.                                                  

Par lecture rigoureuse j’entends aussi ne surtout pas oublier les informations bien souvent précieuses fournies par ce qu’on appelle le paratexte : dates, auteur, vocabulaire, précisions annexes etc. Parfois le paratexte est plus important que le texte lui-même car il donne des clefs indispensables dont ne dispose pas le texte. Combien ai-je vu d’élèves tourner en rond sur un texte car l’info déterminante était glissée dans le paratexte !

Ne vous avisez surtout pas non plus, de négliger les notes en bas de page car parfois un mot que vous croyez connaître est pris dans une tournure ou une acception (sens particulier d’un mot) ancienne qui pourrait vous tromper. On parle alors de sens ou de tournure vieilli(e). 

Par lecture rigoureuse j’entends encore lire le ou les textes en ayant à l’esprit toutes les interrogations clefs qui permettront de trouver les fameux grands axes du devoir et toutes les idées (directrices, secondaires).

Les voici non-exhaustivement :

Qui a écrit le texte ?

Quand a-t-il été écrit ? Pour le replacer dans le contexte historique adéquat, si vous y parvenez.

Quel est le genre du texte ? Informatif, argumentatif, théâtral, romanesque, poétique ?

Quel est le registre du texte ? Comique, pathétique, lyrique, ludique ?

Qui sont les personnages ? Que font-ils ?

Que raconte-t-il ? Où, quand, qui, comment, pourquoi ? Y a-t-il plusieurs thèmes ou un seul ?

Y a-t-il différentes phases ? Narration, dialogues, descriptions ?

Y a-t-il des figures de styles identifiables ?

Y a-t-il des champs lexicaux identifiables ?

Etc.

Se poser une myriade de questions dans sa tête et noter toutes les informations utiles et les réflexions spontanées qui nous viennent pour bien remplir son brouillon.

Les axes et les idées :

Une fois notre brouillon bien rempli nous aurons tout le loisir de hiérarchiser, de classer, de peaufiner, d’organiser. Peut-être sur d’autres feuilles pour plus de clarté.

Il faudra voir si grâce à nos notes un plan se dégage…autrement dit cerner toutes les grandes idées pour au minimum deux parties voire une troisième si nous sommes inspirés.                          

On présente souvent des plans typiques… pour le commentaire, j’aime bien le plan analytique/thématique… on travaille le texte en tranche sous les grands angles d’attaque. Si vous préférez, une grande idée= une partie. On peut aussi analyser (si on dispose des connaissances nécessaires) techniquement le texte mais toujours en perspective du fond.

Les textes très polémiques ou les corpus où les textes s’opposeraient, inviteraient cela dit à un plan dit dialectique : thèse-antithèse-synthèse. Cependant comme son nom l’indique il faut qu’il y ait « dialogue » donc « débat »…si le sujet n’est pas assez clivant il sera « casse-gueule » de tenter un plan dialectique. Il existe un plan intermédiaire appelé « plan comparatif » qui compare deux tendances du ou des textes pour aboutir à une synthèse. Ce plan a plus vocation à déterminer des similitudes, des divergences voire des limites entre les grandes idées du ou des textes.

Attention ces plans typiques souvent épousent mal les formes du texte… ne cherchez donc pas à faire entrer des carrés dans des formes rondes. Si vous avez fait un bon brouillon d’idées la trame du devoir devrait se dessiner naturellement, faites-vous confiance et ne forcez pas les choses.        

Entraînez-vous à trouver des idées sur tous les types de textes possibles et imaginables. Procurez-vous des annales corrigées ou des devoirs corrigés… inspirez-vous des bonnes copies. Renseignez-vous sur les standards de la littérature : la Nature, l’amour, la mort, le mal du siècle, l’utopie, la contre-utopie, la fuite du temps, la rêverie, l’enfance, le fantastique, le merveilleux, l’argent, la liberté, la condition sociale, les paysages état d’âme, le crime de sang, la vengeance, la guerre, la paix  etc.

Ayez une notion des grands genres ou mouvements littéraires avec leurs repères chronologiques. La documentation abonde à ce sujet… puis les élèves négligent souvent leurs manuels, ils ont torts car ils sont richement fournis. Ils contiennent énormément d’informations, toute la méthodologie, et des axes chronologiques.

Profitez enfin des nombreux sites Internet d’entraînement gratuits et des vidéos disponibles sur youtube mais attention à votre sélection. Essayez de choisir des choses qui vous paraissent sérieuses. Vous avez normalement la maturité nécessaire pour distinguer les choses intéressantes des bêtises mais si vous avez un doute, faites-vous aider par une personne d’expérience et de confiance.

La suite au prochain épisode…

HFS