Les Loups garous (1) : la lycanthropie.

loup

Dans l’Histoire des grandes peurs multiséculaires  ayant rendu nos sociétés hystériques…il n’y a pas que les sorcières et leurs sabbats endiablés dans des landes lugubres, qui ont enflammé l’imaginaire…il y a aussi et surtout les loups garous dits lycanthropes. Le loup garou ou lycanthrope se place, en effet, avec les vampires, les sorcières, les monstres lacustres ou marins, les spectres et autres joyeusetés, dans l’olympe des créatures les plus redoutées.

Mais qu’en est-il vraiment de tout cela ? N’ a-t-il là que mythes poussiéreux, que balivernes sans nom ? L’Homme serait-il capable de se transformer en animal ?

6a00d83451957369e200e54f8567708834-640wi

Il serait tentant de répondre par la négative évidemment et de parler de cette maladie psychologique farouche qu’est la lycanthropie dite clinique ou psychologique. Cela dit au pays de Descartes, on aime douter de tout alors doutons de l’évidence et passons en revue quelques affaires célèbres, au moins pour en frissonner de plaisir.

Avant de s’attaquer aux affaires proprement dites dans un second article (qui paraîtra avec beaucoup de retard je suis monstrueusement débordé), j’aimerais vous parler de la lycanthropie (en tant que pathologie) qui elle existe bel et bien pour notre plus grand effroi. 

Un mot rapide tout de même sur quelques aspects de la symbolique du loup mon animal préféré ou du moins un de ceux parmi mon panthéon.

black-and-white-wolf-in-winter-preview

Le loup symbolise la liberté sauvage, celle que Jean de La Fontaine a privilégié à la domestication dans la fable du Loup et du Chien. Le groupe de légende Steppenwolf qui a sorti son tube mythique « born to be wild », bande originale d’Easy Rider, ne s’est pas trompé d’emblème !

Le loup sera parfois diabolisé et représentera plutôt la sauvagerie primaire, on pense au grand méchant loup des contes, La Fontaine illustre lui-même cette part sombre dans sa fable le Loup et l’Agneau. Le loup est ici un pervers affamé qui symbolise l’insatiabilité de nos pulsions (bizarrement il est dans certaines traditions l’archétype de la tempérance et de la maîtrise de soi). Pourtant le loup, excepté en cas de rage, s’est toujours très peu attaqué aux Hommes. Il est cependant exact qu’il est très friand du bétail, ce qui causait parfois des drames pour les paysans perdant tout leur troupeau. Jésus représentant allégoriquement l’agneau et le berger, « diabolisa » métaphoriquement la figure du loup mais on usa bien abusivement de cette parabole qui stigmatisait surtout les Hommes (faux prophètes).

On connaît aussi l’instinct maternel incroyable des mères louves par le mythe de Romulus et Rémus fondateurs de la ville de Rome. Mowgli dans le livre de la jungle de Kipling mais aussi par les cas véritables d’ « enfants-loups »… petits Hommes recueillis et élevés par cet animal censé être si cruel (les garçons en Hesse au Moyen Âge, les fillettes du Midnapore, l’enfant de la forêt de Sultampur etc.).

Je crois que les loups ont plus à craindre des Hommes que les Hommes des loups. On dit qu’un Homme avait plus de chance de succomber à la foudre qu’à une attaque de loup (évidemment détruisant leur milieu naturel ou en s’en rapprochant dangereusement, les statistiques ont parfois évolué).

N’en déplaise à ce cher Hobbes qui pensait que l’Homme est un loup pour l’Homme. Je dirai plutôt que l’Homme est un Homme pour l’Homme (jamais aucun animal ne m’a fait sciemment du mal, je n’en dirai pas de même pour mes frères humains)!

Seul le cas incroyablement mystérieux de la ou des bête(s) du Gévaudan semble présenter un type particulier de loup d’une très singulière férocité, tuant pour son bon plaisir sanguinaire, nous y reviendrons dans le second article.

220px-Loup_garou

Dans l’ésotérisme, les loups tiennent une place très importante. Ils représentent l’incarnation thériomorphe (en forme de bête)  du dieu Apollon, qui est un dieu solaire. Tous les animaux ayant une symbolique solaire, le lion, les abeilles, l’aigle jouissent en général d’un très grand prestige. Les yeux étincelants du loup comme ceux des félins cachent certainement la vraie lumière, celle tant convoitée par les alchimistes. La lumière au-dedans des ténèbres, pensez au pelage parfois sombre de l’animal.

Le loup est de surcroît un bon compagnon des dieux à l’instar de Mars toujours accompagné par ces canidés. Geri et Freki sont les fidèles compagnons du dieu nordique Odin (dieu des morts, de la victoire, du savoir et dans une moindre mesure de la magie, de la poésie et des prophéties). Il y a aussi le terrible  loup noir Fenrir, fils de Loki et de la géante Angrboda qui est l’un des gardiens du monde des morts mais jugé bien trop farouche et bien trop redoutable par les dieux, il fut enchaîné. Cela dit, parce qu’il ronge ses chaînes, il sera libéré à l’occasion de Ragnarök, l’Armageddon version mythologie nordique.

Ce combat de la fin des temps finit d’ailleurs bien plus mal que celui que nous connaissons dans la Bible. De Fenrir descendent les managarm, des loups abominables prenant la vie des mourants et dévorant la chair fraîche des vivants. Les plus connus sont Hati et Sköll. Hati signifie « haine » et sköll « répulsion », nous avons déjà là cette image très anthropomorphique (à forme humaine mais de manière abusive) du loup garou. La haine est un sentiment exclusivement humain, l’animal tue par pur pragmatisme et instinct de survie.        

Voilà je développerai davantage sur le symbolisme du loup dans un article bonus consacré qui suivra celui des affaires de loups garous. Je voulais juste montrer ce côté ambigu de l’admiration/crainte envers l’animal. Les opinions concernant les loups semblent être aussi nuancées que leur pelage…

3210270017_1_2_Vp28DZh6

Évoquons maintenant une maladie très humaine et très étrange… qui a sûrement provoqué ou du moins contribué à cette hystérie anti loup garou.

 

 La lycanthropie du grec latinisé lukos (loup) et anthrôpos (humain) désignait tout d’abord la capacité de se métamorphoser en loup ou du moins de devenir cette espèce de créature féroce et hybride mi-homme mi-loup. Ceci étant bien sûr souvent la résultante (disait-on) d’un obscur pacte diabolique. Cette explication jugée très fantaisiste a laissée place (en ce qui concerne les lycanthropes ayant commis des crimes de sang d’une singulière atrocité) à une véritable analyse psychiatrique.

Le « délire » qu’a l’homme de se transformer en animal est commun à diverses cultures. Hommes-tigres, hommes-jaguars, hommes-panthères, hommes-crocodiles, hommes-ours, il y a bien des variantes du phénomène où les Hommes se montrent d’une bestialité démesurée…les conduisant à attaquer, à tuer sans aucune raison naturelle jusqu’à leur propre progéniture (comportement inimaginable pour un animal, excepté dans la « singerie » ces comportements sont sans commune mesure avec ceux des bêtes).

ab43bdb59d839f33420b8e1cf932c371_large

Ce serait en tout cas une sorte de moyen pour se désinhiber en toute impunité. Un sadisme refoulé, non assumé en somme, qui par l’entremise du démon nous transformerait en animal. Cette chimère mentale nous disculpe ainsi de toute culpabilité. Nous ne sommes pas cruels à l’instar du roi Lycaon ayant prêté son nom à la pathologie, c’est l’animal en nous qui l’est et nous n’y pouvons pas grand-chose. C’est une espèce de « possession » ou pour parler plus « cliniquement » de schizophrénie d’un genre très particulier.

[Petit aparté sur Lycaon :

Roi d’Arcadie dans la mythologie grecque Lycaon était très réputé pour son impiété et sa cruauté. Zeus décida d’aller juger par lui-même et imagina un stratagème. Il se déguisa en paysan (ou mendiant selon les versions) pour passer inaperçu en tant que témoin mais les Arcadiens semblaient l’avoir démasqué et lui rendirent alors hommage. L’irréductible Lycaon, lui, comptait rendre un « hommage » bien à sa sauce. En vérité, il vit là une belle occasion d’humilier Zeus. Il l’invita à sa table, tua un de ses prisonniers et le cuisina pour lui faire manger ce margouillis infect. Ce dernier (Zeus) hors de lui, jeta son dévolu sur Lycaon qui fut transformé en loup pour l’éternité et quarante-neuf de ses cinquante enfants furent eux aussi châtiés.

 On pense que ce mythe grec dénonçait les sacrifices humains rituels ayant eu cours dans cette région. ] 

On a aussi tendance à imputer les crimes barbares à des lycanthropes (en particulier le cannibalisme et ceux présentant d’innommables mutilations) car ces Hommes aux yeux de l’opinion ne peuvent qu’être des monstres assoiffés d’hémoglobine. Ceci nous rassurerait en somme de croire que ces êtres détestables ne sont plus ou pas des humains faits comme nous. On arrive mieux à comprendre les réactions vives à des époques où la psychologie existait peu ou prou.

Et puis même dans nos siècles dits de « raison », il persiste parfois quelques doutes. C’est sûrement ce qui a justifié la qualification de William Johnston de « loup-garou de San Francisco » dans les années 30. Il avait en effet, démembré, et très atrocement mutilé  le corps de ses victimes. Il y aurait en outre l’appel de la pleine lune qui cliniquement présenterait une influence très grande sur certaines personnes. Il est vrai que sous ses rayons tout le monde semble plus agité ou plus en forme mais…pour certains elle serait la cause de grands désordres psychiques et par conséquent un authentique pousse au crime. Certains policiers prétendent qu’il y a en effet, plus de crimes les nuits de pleine lune.

Y a-t-il une vraie influence physiologique ou seulement l’inconscient collectif si cher à Jung nous renvoyant à de vieux archétypes et mythes terribles ? Ceux-ci influençant furtivement notre comportement ?

 le-loup-des-steppes-1277742

Il y a sûrement un peu des deux mais il y a également la piste de la drogue. Nous verrons dans le second article que quand il est question de pacte diabolique, les lycanthropes évoquent des onguents magiques permettant la transformation. N’était-il pas plutôt question de drogues ou de plantes hallucinogènes bien connues ? Rolland Villeneuve qui a creusé la question tend à valider cette hypothèse.  

Sinon la pleine lune est souvent perçue négativement comme l’envers du soleil. Cet astre « glacé » est le symbole phare de la nuit et des fantasmagories qui l’accompagnent. Je pense évidemment au monde parfois troublant des rêves…qui cachent sûrement toute une pléiade de réalités alternatives bénéfiques ou maléfiques. Tout ce qui fait peur se passe la nuit. L’obscurité laisse libre cours à l’imagination qui dans ses abysses,  à l’instar d’un H.P Lovecraft, matérialise les plus insondables créatures. Et pourtant oubliant nos fantasmes… n’est-il pas rassurant de dormir à la belle étoile sous une lune majestueuse et satinée ?  

La rage enfin qui se transmettait parfois aux Hommes par les loups ou par les chiens, donnait des accès de violence inouïs et des hallucinations. Les symptômes ne se manifestant pas tout de suite et s’entrecoupant de moments de lucidité pouvaient faire accroire à un véritable envoûtement bestial. Ceci conduisant quelquefois à des crimes de sang abominables que le malade perpétrait malgré lui.

Finissons par la définition de l’ésotériste Collin de Plancy dans son dictionnaire infernal (1818) :  

Maladie qui, dans les siècles où l’on ne voyait partout que démons, sorcelleries et maléfices, troublait l’imagination des cerveaux faibles, au point qu’ils se croyaient métamorphosés en loups garous, et se conduisaient en conséquence. Les mélancoliques étaient plus que les autres disposés à devenir lycanthropes, c’est-à-dire hommes loups.

Conclusion : ne soyons pas mélancoliques et nous éviterons de manger notre belle-mère :-) !

A bientôt pour les affaires de « loups garous ».

HFS.

portrait-de-trois-loups-585x390

 

Bonus :

 

 

 

 

 

460542313568853816HHN8OQrJ1 Cliquez sur l’image.