Bel article sur Orucy dans l’air de l’actualité.

Orucy avait réalisé une toile pour la Bosnie Herzégovine qui se nomme « Liberté », elle se trouve actuellement dans un monastère à Tuzla. Voici un bel article, très intéressant du célèbre auteur alsacien Gérard Cardonne en faisant une description originale et qui évoque avec brio le concept très actuel de « liberté ».

Liberté

 

La peinture d’Orucy s’exprime dans une simplification de l’image. Le symbole présenté « Liberté » recherche cette simplification de la forme et de la surface. L’identité artistique de cette artiste est dans la pleine réalisation de soi en dehors des conventions: Orucy est une femme libre. Les mots de Romain Rolland, témoin d’un temps révolu, s’applique bien à cette artiste: « les femmes font les hommes…faites surgir dans la société dix femmes, cinq femmes, une seule qui ait une intelligence saine et ferme, une énergie morale, avec sa séduction naturelle – et je vous réponds qu’il y aura un changement dans l’esprit de l’époque. » Romain Rolland aurait-il approché Orucy?

L’artiste  se saisit du mythe « liberté » comme d’un mirage lointain. Trait après trait bien conduit par son pinceau apparaissent ces formes géométriques en parfaite liberté: plus ces lignes sont simples, plus la force de l’oeuvre se fait évidente. Le fond bleu vient souligner une architecture élégante des masses peintes en filés dorés. Sa touche rapide, sûre et fluide assure la cohésion et le rendu de sa composition. Le mouvement des masses géométriques crée un paysage cosmique avec une immensité d’espace accentuée par la profondeur chromatique de la lumière céleste intense. 

Coloriste inspirée l’artiste met en exergue sa sensibilité lumineuse en exaltant ses couleurs d’or et d’azur par leur juxtaposition. L’indépendance de son style est l’écho de son travail sur cette toile: elle y trouve l’aliment de ses recherches toujours nouvelles sur le jeu chromatique et sa vision d’une grande liberté dans son expression picturale.

Glyphes du rayon solaire chez les Mayas, affirmant le mouvement de pensée vers la connaissance, les triangles d’Orucy représentent à la fois l’harmonie et la proportion. Talismans contre le mauvais sort, ils forment une danse éclatée où tout se tient. Où chaque élément a sa propre respiration lumineuse sur ce fond azur. Cette triplicité omniprésente dans l’oeuvre « liberté » devient le reflet d’une disposition intérieure à l’artiste qui répond ainsi à la conception géométrique platonicienne. La présence centrale de deux triangles inversés symbolise la sagesse humaine car il ne peut y avoir liberté sans sagesse pour lui imposer les limites du vivre ensemble.

La vibration des teintes est accentuée par l’adjonction aux à-plat en sous-couche du ciel des stries claires triangulaires : autant de signes visibles de cette liberté recherchée dans la paix intérieure de l’artiste. Orucy nous conduit aux franges du visible et de l’invisible. Elle construit son espace pictural avec le jeu lumineux de ses deux couleurs pour transformer sa « liberté » en un véritable tissu de touches  colorées: c’est leur juxtaposition adroite qui procure cet effet rayonnement et cette sensation de vibration. La luminosité transcendante semble nous révéler une réalité suggérée par l’artiste.

Sous la simplicité et la rigueur  du pinceau d’Orucy,  » Liberté » acquiert la force des mythes et laisse déclamer Youssef Chahine : « La pensée a des ailes. Nul ne peut arrêter son envol. ».

Peut-être que certains ne reconnaîtront pas leur liberté dans cette représentation. Ces ignorants devraient se souvenir de la célèbre réplique de Manet à la dame mécontente qui ne se reconnaissait pas dans le portrait que le peintre venait de faire d’elle: « Eh bien, il ne vous reste plus qu’à lui ressembler. »

 

G. Cardonne.

   

Pour finir en musique: